Détection de fuite : le géoradar

RYB_Blog_20150626_Billet21_Technique_Recherche de fuite - géoradarLes réseaux polyéthylène sont réputés 100% étanche. L’expérience depuis plus de 40ans dans le domaine de la distribution du gaz permet de le prouver. Cependant dans le domaine de l’eau l’utilisation de raccords mécaniques sur les réseaux polyéthylène peuvent aboutir à des risques de fuite. Comment les détecter ?

Plusieurs techniques permettent de rechercher les fuites sur un réseau. Nous allons nous attacher dans ce blog au géoradar.

Principe :

Cette technologie est très marginale en localisation des fuites sur les réseaux d’eau potable. Elle est néanmoins employée lorsque les autres techniques ne sont pas performantes et que les conditions de son application sont réunies.

Il s’agit d’une technique basée sur les propriétés de réflexions des ondes électromagnétiques par les corps. Selon la nature et la profondeur de l’objet rencontré, l’onde ne sera pas réfléchie avec la même vitesse ou la même intensité, ce qui donne une image de l’ensemble des éléments présents dans le faisceau d’onde.

Une fuite est repérable :

–       par l’espace créé entre le sol et la conduite et dans lequel circule l’eau,

–       par une brusque augmentation apparente de la profondeur de la conduite, du fait de l’augmentation de la valeur de la constante diélectrique du sol gorgé d’eau aux alentours de la fuite.

La technique consiste à parcourir la portion de réseau étudiée avec le géoradar. Les images obtenues sont analysées en temps réel ou une fois le parcours terminé.

Mise en œuvre :

L’opérateur fait circuler le géoradar en contact avec le sol, au-dessus du tronçon où une fuite est suspectée.

Le géoradar comprend une antenne émettrice d’ondes électromagnétiques, un récepteur et un logiciel de traitement du signal, embarqués sur un chariot. L’image du sous-sol apparaît en temps réel sur un écran.

Le traitement du signal et l’identification des déformations nécessitent un puissant logiciel de calcul et de l’expérience.

Cette technique doit être mise en œuvre par une personne spécialiste car il y a de nombreux paramètres à définir (choix de l’antenne, réglage de la sensibilité, vitesse de déplacement, etc.) et l’interprétation de l’image obtenue est délicate.

Cette recherche de fuite a une performance limitée (fuites non repérées) et une mise en œuvre fastidieuse. Cette technique est peu compétitive pour la recherche de fuites d’eau sur les réseaux d’eau potable par rapport aux techniques acoustiques.

Source : Astee

Partagez cet article !

Speak Your Mind